dimanche 28 août 2016

Les mots entre mes mains









Auteur: Guinevere Glasfurd
Edition: Préludes
Pages: 435
Prix: 15,90€












Helena Jans van der Strom n’est pas une servante comme les autres. Quand elle arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son indépendance et sa soif de savoir trouveront des échos dans le cœur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Quel peut être leur avenir ?


Mon avis 


J’ai découvert les œuvres de Descartes lors de mes cours de philosophie en terminale mais je n’ai jamais eu l’occasion dans savoir plus sur lui, de découvrir sa vie. Ce roman m’a donc fortement intrigué car il retrace une partie de la vie de Descartes au Pays-Bas contée par une jeune femme : Helena. L’histoire est basée sur des faits réels mais quelques fois inventées  car les archives ne permettent pas de retracer entièrement l’existence de Descartes.


Cependant, on suit surtout la jeune Helena qui quitte sa mère pour devenir servante. Elle travaille dans la maison de Mr Sergeant, un libraire très gourmand qui raffole de ses préparations. D’un esprit curieux, elle adore apprendre de nouvelles choses. Mais la société de son époque ne permet pas aux femmes de recevoir la même éducation que les hommes.

 Sa passion pour l’écriture est très touchante car elle fait face aux critiques et aux moqueries des personnes qui ne conçoivent pas qu’une femme a la possibilité d’être savante. Un état d’esprit que ne partage Mr Descartes. Le patron d’Helena, Mr Sergeant, doit recevoir un invité prestigieux chez lui. Mr Descartes voyage de ville en ville, de foyers en foyers pour mener à bien ses expériences et travailler en paix.

Helena est bouleversée de cette rencontre car Mr Descartes n’est pas comme les autres hommes. Il devient son protecteur mais aussi son professeur. La jeune fille est de plus en plus avide de connaissances. Bientôt leur relation va évoluer et devenir beaucoup plus intime. Les lecteurs ressentent cette passion dévorante qui les anime, les fait vibrer. Mais combien de temps cela va-t-il durer ? Car malgré cet amour réciproque, un océan les sépare.

Le personnage d’Helena est d’une grande sagesse. J’ai adoré ce petit bout de femme qui se bat pour sa famille et pour les intérêts des femmes. En effet, ce livre retrace bien les évènements de cette époque : les femmes ont peu de liberté et ne reçoivent aucune éducation.


Suivre le parcours d’Helena était tout aussi important que de connaître celui de Descartes. On ne raconte jamais assez l’histoire des conquêtes de grands écrivains, philosophes, poètes… J’ai adoré découvrir celle d’Helena baignée d’amour, de force et de tristesse. 



"Lorsqu’il paraît, un livre est une chose incroyable, Helena, incroyable - il a de la force, des conséquences. Il peut remettre en cause d’anciens dogmes, désarçonner les prêtres les plus convaincus, mettre à bas des systèmes de pensée. Vlan ! Il peut, il doit surprendre."


Merci aux éditions



1 commentaire:

  1. J'aime ta chronique, belle description de ce roman

    RépondreSupprimer